Parce que, parfois, quelques mots suffisent pour inspirer, donner confiance ou démystifier ce que nous faisons quotidiennement comme travail auprès des  jeunes en mal d’inspirations.

 

Je retiens que les jeunes d’aujourd’hui ne ressemblent pas à leurs parents mais à leur époque (Bertrand Tavernier).

Il n’y a pas de place statique en éducation mais uniquement des postures d’apprenant (Laurence Juin).

Les enseignants [...] définissent, au bout du compte, notre capacité collective à innover, à inventer, à trouver des solutions pour l’avenir. Rien ne remplacera jamais un bon enseignant. Rien n’est plus important que de les soutenir (Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO).

Ce n’est pas Internet qui change la société, c’est la société qui change et trouve un outil (Julie Rouzaud).

Il faut être mobile, curieux, cosmopolite. La rigidité, autrefois pôle de stabilité, est devenue mortelle
(Cédric Bannel).

Tout ce qui est trop clair n’est pas intéressant (Alexandre Soljénitsyne).

Enseigner est une bonne façon d’apprendre parce qu’il faut organiser sa pensée afin de bien rendre la matière (Steve Couture, Président de Frima Studio).

Every act of creation is first an act of destruction (Pablo Picasso).

Innovation is not the product of logical thought, although the result is tied to logical structure (Albert Einstein).

Il faut arrête de tout attendre de l’élève. Il faut d’abord s’éduquer soi-même avant de prétendre éduquer les autres (Sylvie Aupetit).

Essaie d’être premier, tu ne le seras pas toujours, mais tu risques d’être deuxième ou troisième, alors que si tu vises d’être dans la moyenne, tu vas des fois te retrouver sous la moyenne (Gilles Parent).

Rien de grand ne s’est fait sans passion (Hegel).

Si l’élève n’a pas appris, c’est que le maître n’a pas enseigné efficacement  (Siegfried Engelmann).

Que, non moins que savoir, douter me plaît (Montaigne).

Le monde n’est incertain que pour ceux qui ont besoin de certitudes; pour les autres, il n’est que le monde de toujours avec les risques et les chances de ses hasards (Hervé Sérieyx).

Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau et non pas pour se battre contre l’ancien (Socrate).